Miscanthus et coulées de boue : la solution ?

Comment stopper une coulée de boue ?L’actualité met régulièrement en avant le miscanthus pour lutter efficacement contre les coulées d’eau boueuse. Quelle est la position de la Cellule GISER face à cette proposition de solution ?
GISER attire l’attention sur le fait que les capacités du miscanthus à retenir efficacement des sédiments érodés sur les versants sont encore trop peu documentées. Les études réalisées sous nos conditions de sol et de climat sont très éparses et souvent purement qualitatives.  Le potentiel anti-érosif du miscanthus doit donc faire l’objet de suivis et de quantifications avant d’être intégré comme recommandation dans un plan de lutte contre l’érosion. Un autre aspect, en admettant que cette technique s’avère efficace, est que le couvert ne serait apte à retenir des sédiments qu’après 2 à 3 ans de croissance. Cela impose donc d’installer un dispositif de protection complémentaire pendant les premières années, comme par exemple un barrage végétal filtrant (aussi appelé fascine).
En outre, cette culture pose d’autres questions en dehors du champ d’expertise de GISER. L’itinéraire cultural usuel fait appel à l’usage d’herbicides durant les 2 premières années de culture et pour la destruction éventuelle : l’impact sur la qualité de l’eau n’est encore que très partiellement évalué (voir à ce sujet Enloe & Loewenstein (2015)  intitulé « Eradication and control of bioenergy feedstock »).
En conclusion, nous appelons à rester prudent lors de l’utilisation de la culture du miscanthus comme moyen de lutte contre les coulées de boue tant que les effets de la technique, et ses impacts connexes, ne sont pas chiffrés objectivement. Rappelons également que toute solution agronomique durable au coulées de boue repose avant tout sur une gestion raisonnée de la distribution et de la taille des parcelles, le choix d’itinéraires culturaux avec une grande proportion de sols couverts, et la conservation du sol (maintien du taux de matière organique et réduction du travail du sol).

Les commentaires sont fermés.