Ottignies se mobilise

Erosion coulées boues fascinesUn réseau de fascines, bandes enherbées et zones d’immersion est en cours d’installation dans les campagnes de la ferme de Moriensart. Un bel exemple de gestion intégrée des risques d’érosion, qui laisse la part belle à la nature et qui s’articule avec des pratiques agricoles hautement productives. Les fascines ont été installées par le Crabe asbl. Voir l’article du Soir.

Rebecq s’engage

La commune de Rebecq a lancé au mois de septembre une concertation avec les agriculteurs qui sont concernés par l’érosion et les inondations par ruissellement. Après une première rencontre axée sur les techniques de génie végétal, d’autres rendez-vous sont prévus pour définir les aménagements à mettre en place au cas par cas. Lire l’article.

La ferme de Moriensart

Gestion intégrée pour lutter contre l'érosionCertains agriculteurs ne nous ont pas attendus et fort heureusement ! La ferme de Moriensart en est encore un exemple. Suite aux inondations par ruissellement répétées, l’agriculteurs met en place en 2001 une succession de 5 zones d’immersion temporaire (ZIT) et l’agrandissement d’un étang. A l’aide de son conseiller MAE, il ajoute des bandes enherbées, beetle bank et chenal enherbé pour limiter l’érosion au sein de ses terres. La réflexion est intégrée et fonctionne.

Le CPAR s’informe

Soirée d'information agricoleLe Centre provincial de l’agriculture et de la ruralité (CPAR) organisait ce jeudi une soirée dédiée à la lutte contre l’érosion. Près de 50 exploitants agricoles ont animé cette soirée par leurs questions et interpellations aux conférenciers du SPW et de GISER. La problématique « érosion » concerne chacun à des degrés divers mais la profession dans son ensemble commence à se mobiliser pour comprendre et gérer les risques de coulées de boues.

GISER s’envole

Analyse agronomique du risque d'érosion à JodoigneVisite en vue d’établir un diagnostic du risque d’érosion sur un bassin versant situé à Mélin. Ni le vent, ni le froid de ce jour ne repoussent notre équipe de choc !
Le « tour de bassin » est effectué sous la conduite de notre analyste de terrain, Pierre Demarcin, accompagné par ses collègues responsables du volet « Recherche » du projet : Nathalie Pineux (Université de Liège – Gembloux), Alexandre Maugnard (Université de Louvain).
Par ces analyses conjointes, la cellule GISER crée le lien indispensable entre la recherche-modélisation et la réalité-terrain.

Une journée « modèle »

Beau succès pour la 1ère journée d’étude GISER à Gembloux ce 16 novembre ! Près de 250 participants et des échanges fructueux autour du thème de l’érosion en Wallonie mais aussi ailleurs, avec la participation de conférenciers venus de Flandre, de Seine-Normandie et d’Autriche. Les équipes de recherche de GISER ont présenté les modèles de ruissellement et d’érosion développés en Wallonie, ainsi que l’organisation du plan PLUIES. Merci à tous pour votre participation !

Les présentations sont disponibles au téléchargement ici.

Visite d’aménagements à Aiseau

Bassin agricole équipé pour lutter contre l'érosionSur un bassin versant agricole de 40 ha, l’érosion est désormais maîtrisée par un ensemble de techniques :

  • réduction du travail du sol et abandon quasi systématique de la charrue
  • couverture du sol en interculture, et alternance de parcelles couvertes et moins couvertes au printemps
  • bordures de parcelles enherbées
  • collecte des eaux dans un chenal enherbé et stabilisé par une haie